Les 10 préceptes d'Ankô Itosu

Publié le par Tijigaya

En 1908, Ankô Itosu écrit une lettre qui deviendra célèbre à l'attention des ministres de l'éducation et de la guerre. Après avoir encouragé l'introduction du karate dans le système scolaire, il écrit:


Extrait du document sur lequel figurent les préceptes d'Itosu.


Le karate ne tire pas ses origines du bouddhisme ou du confucianisme. Les écoles Shôrin et Shôrei furent jadis ramenées de Chine à Okinawa. Ces deux écoles contiennent certaines  caractéristiques que je vais décrire afin qu'elles puissent être préservées sans trop de changements.

1. Le karate ne devrait pas être pratiqué uniquement pour son propre bien-être corporel, mais il doit servir à protéger sa famille et son seigneur. Il ne doit pas être utilisé contre un seul adversaire (pour des histoire personnelles), et on doit, si possible, éviter la confrontation en cas d'agression par un bandit ou une personne mal intentionnée. En aucun cas on ne doit utiliser ses pieds et ses mains pour blesser quelqu'un.

2. L'objet du karate est de rendre les muscles et les os aussi durs que le roc et d'entraîner ses mains et ses pieds afin de les utiliser comme des lances, par conséquent de devenir naturellement courageux.  Si les enfants commençaient le karate dès l'école primaire, ils seraient prêts pour le service militaire. Souvenez-vous des mots du Duc de Wellington après la défaite de Napoléon: "Notre bataille était déjà remporté dans nos cours d'écoles." Je crois cette citation particulièrement vraie.

3. Le karate ne s'apprend pas rapidement. Tel un taureau qui se déplace lentement et qui parvient à parcourir cent kilomètres, si on s'entraîne assidûment chaque jour une ou deux heures, en trois ou quatre ans les corps deviendront différents de ceux d'une personne ordinaire et dans bien des cas on sera en mesure de maîtriser des aspects avancés du karate.

4. Le point le plus important dans le karate est le ken-soku (poing-pied), donc le makiwara doit être utilisé. Pour ce faire, abaissez les épaules, gonflez les poumons, garder votre force, agrippez le sol avec vos pieds et mettez votre énergie dans votre abdomen. Répétez de cette manière cent à deux cent fois.

5. En karate, il est important de veiller à avoir le dos bien droit, les épaules basses, garder votre force, avoir les jambes solides et abaisser son énergie dans l'abdomen. Il est important de gardé un équilibre entre les forces du bas et du haut du corps.

6. Pratiquez souvent les kata, apprenez-en les significations pour les appliquer de manière opportune. Il y a beaucoup d'instructions orales pour les frappes, les défenses, les techniques de lutte.

7. Avant de pratiquer les kata, décidez si vous vous entraînez pour la forme ou pour apprendre des applications techniques.

8. Lorsque vous vous entraînez, faites comme si vous étiez sur un champ de bataille. Votre regard doit être pénétrant, vos épaules basses, et votre corps solide.  Si vous vous entraînez avec les même intensité et le même esprit qu'avec un véritable adversaire, vous développerez naturellement l'attitude que vous auriez au combat.

9.Lorsque vous vous entraînez, faites attention de ne pas en faire au dessus de vos moyens; car dans ce cas, votre énergie monterait dans le haut du corps, vos yeux et votre visage deviendrait rouges, ce qui est dangereux pour le corps.

10. De nombreux maîtres de karate du passé jouirent d'une longue vie. La raison en est que le karate développe les os et les muscles, et aide à la digestion et à la circulation sanguine. Si le karate devenait le fondement de l'éducation physique dans les écoles publiques, et s'il était largement répandu, nous pourrions produire des hommes capables de défaire dix assaillants.

Ceci étant dit, j'ai la conviction qu'en enseignant cela aux élèves de l'école des instituteurs, qu'après avoir reçu une instruction approfondie, ils seraient en mesure de l'enseigner dans les écoles primaires. Enseigné correctement, d'ici dix ans, il se sera répandu non seulement à Okinawa, mais aussi dans toute la  métropole.  Je crois que cela serait d'un grand avantage pour la nation et l'armée. Je suis certain que vous saurez prendre cela avec toute la considération qui s'impose.

Ankô Itosu, Octobre 1908


Source: texte que j'ai traduit - et arrangé parfois à l'aide d'autres traductions - à partir du site Hidden Karate.

Publié dans Textes

Commenter cet article