Ecole: le Motobu Kenpô

Publié le par Tijigaya

Le motobu kenpô est une école fondée en 1923 par Choki Motobu. Son nom officel est Nihon Denryû Heihoô Motobu Kenpô.  Il ne faut pas la confondre avec le motobu udunti, dont Choki Motobu n'était pas dépositaire. Je ferai une biographie de Choki Motobu plus tard, pour le moment je me contenterai de décrire les spécificités de l'école.

Le motobu kenpô garde un lien très fort avec la manière dont était pratiqué le ti au 19e siècle. Il n'a quasiment pas subit l'influence du karate d'après les réformes d'Itosu. Par ailleurs, c'est une des seules écoles d'avant guerre qui donnait toute son importance au kumite (Choki Motobu était réputé pour son agressivité et ses combats, mais il se situait en vérité dans une tradition plus ancienne). A cette époque, kata et kumite étaient enseignés ensemble et pas séparément comme aujourd'hui.

Choki Motobu, qu'on dit de culture fruste, et ignare en termes de kata, connaissait en réalité passai et seisan. Néanmoins, il n'enseignait que naihanchi qu'il considérait comme le fondement de son karate.  Son naihanchi était légèrement différent de celui que l'on connait aujourd'hui. Il semble que le centre de gravité était placé assez bas, et que les pas étaient plus légers qu'aujourd'hui. Les genoux n'étaient pas rentrés vers l'intérieur. Par ailleurs, on commençait le kata regardant à droite puis à gauche.



En ce qui concerne le kumite, Choki Motobu utilisait le concept de me-oto-de (les mains comme le mari et la femme) : il s'agit de pouvoir utiliser les deux mains simultanément pour la défense et l'attaque. C'est un trait caractéristique du kumite classique. La garde ressemble un peu à celle de la boxe classique, ce qui permettait de se protéger et de réagir efficacement.



Le motobu kenpô enseigne l'attaque du poing avant, contrairement à beaucoup d'écoles. Le hikite n'existe pas. Un autre aspect est la défense et l'attaque à distance rapprochée : il s'agit de se rapprocher en faisant irimi, ce qui par conséquent autorise d'autres attaques comme uraken ou enpi.

Les coups de pieds se font en combat rapproché, donc les coups circulaires du karate moderne sont inexistants : choku geri (coup de face), hiza geri (genou), hiza ori (de coté).

L'idée en défense est de pouvoir changer un blocage immédiatement en attaque.

La position de combat est naihanchi dachi. Les autres ne se pas utilisées.

Quelques pensées de Motobu rapportées par ses élèves dans Motobu Choki Sensei Goroku (Anthologie de citations de Motobu Choki) :

- Tout est naturel et changement.

- Le kamae est dans le cœur, pas dans l'attitude physique.

- Dans une confrontation, frappez avant tout le visage, c'est le plus efficace.

- Lorsque vous frappez au visage, vous devez enfoncer comme pour traversé la tête de l'adversaire.

- La main qui bloque doit pouvoir se transformer en main qui attaque en un éclair.

- Les coups de pieds ne sont pas très efficaces en combat.

- Lorsque vous bloquez les coups de pied, faites-le comme si vous alliez briser le tibia.

- Essayez d'arrêter l'attaque à sa source.

- Le karate est l'attaque (sente).

- On ne peut pas lancer des attaques continues contre le vrai karate. Les parades de karate ne permettent pas de  lancer une seconde attaque.

Et le petit plus :

- Il faut continuer à boire de l'alcool et à faire d'autres activités attrayantes. L'art de quelqu'un de trop sérieux n'a aucune saveur.

Lien:  www.motobu-ryu.org

Publié dans Technique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article